La propriétaire est une amoureuse des plantes de son pays et passe des heures, le brumisateur à la main, à hydrater ses épiphytes en rentrant d’une dure journée de labeur.
Dans la terrasse du fond, grâce au mur végétal, la vue sur les immeubles voisins devient un écran vert, animé par le ballet incessant des multiples pollinisateurs. La vie prend son envol, le mur végétal est autonome et les plantes y choisissent leur espace, s’associent sans demander notre avis.

Sur l’étroite terrasse de la rue, un rideau de ripsalis habille, sans gêner le passage, un mur blanc aride.

Crédit photo: Charlotte Valade